Moto Youngtimers
Tous motards, toutes marques, tous âges, le plaisir de la moto et des bons moments, tout simplement !!!

La devise du forum : Amitié, paix, liberté, humour et respect !
cool super

N'hésitez pas à vous enregistrer pour profiter pleinement de toutes les rubriques du forum !

C'est rapide, sans danger et çà fait du bien !!!


salut

L'histoire de la Triumph Speed Triple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire de la Triumph Speed Triple

Message par Black Cat le Ven 25 Jan 2013, 18:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La première Speed Triple fut présentée au salon de Cologne en 1994. De son nom de code T 301, c’est une version déshabillée de la sportive Daytona dont elle reprend le trois-cylindres de 885 cm3. Depuis le rachat de Triumph, en 1983, par l’homme d’affaires John Bloor, les nouvelles générations sont issues des 750 Daytona et 900 Trophy produites à Hinckley dès 1990. Chez Triumph, le trois-cylindres installé transversalement dans le cadre n’est pas une nouveauté  : en 1969, la Trident T 150 (750 cm3) était censée concurrencer la Honda CB 750 qu’elle surpassait d’ailleurs en vitesse de pointe (+ de 200 km/h). En vertu des accords existant avec BSA appartenant alors au même groupe, le trois-pattes britannique équipa également la BSA Rocket 3 et la X 75 Hurricane. En 1998, la Speed Triple rebaptisée T 509 reçoit l’injection et ce phare Av à double optique si caractéristique. Un an plus tard, la «  Speed  » passe à 955 cm3, toujours en reprenant la motorisation de la Daytona. La «  patate  » de son moteur et son image de «  café-racer  » sont en passe de la faire entrer dans le cercle des motos mythiques, d’autant plus qu’elle apparaît au cinéma dans Matrix (1999) avant de crever l’écran et les rideaux de flammes dans Mission impossible II (2000), pilotée par un certain Tom Cruise. Nouvelle refonte en 2004  : le moteur cube désormais 1050 cm3. Le monobras oscillant et la ligne d’échappement relevée s’ajoutent à la partie arrière tronquée pour une allure encore plus bestiale. Le succès est au rendez-vous. Mis à part la très utilitaire BMW K 75, les machines trois-cylindres, en alliant le caractère des twins et l’allonge des quat’pattes, ont presque toutes été des motos de légende, qu’elles soient rarissimes (Moto Guzzi Tri Cilindri, 1932), pistardes pilotées par les plus grands (MV Agusta 350-500 d’Agostini et Phil Read, 1967) ou de série (Kawasaki 500 H1 et 750 H2, Triumph T 150, BSA Rocket 3, Laverda 1000 Jota, Yamaha 850 XS et Suzuki 750 GT de 1969 au début des années 80). Triumph est actuellement le seul constructeur britannique à produire encore des motos dans son pays d’origine, et ce depuis 1902.
avatar
Black Cat
Administrateur Fondateur
Administrateur Fondateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum