Moto Youngtimers
Tous motards, toutes marques, tous âges, le plaisir de la moto et des bons moments, tout simplement !!!

La devise du forum : Amitié, paix, liberté, humour et respect !
cool super

N'hésitez pas à vous enregistrer pour profiter pleinement de toutes les rubriques du forum !

C'est rapide, sans danger et çà fait du bien !!!


salut

Pourquoi les groupes importants de motards sont plus ou moins bien vu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi les groupes importants de motards sont plus ou moins bien vu...

Message par Black Cat le Lun 12 Aoû 2013, 19:25

Le 4 juillet 1947 à Hollister, ceux que l’on ne nomment pas encore « motard » ou « biker », entrent dans l'histoire de la motocyclette par la grande porte et par là même dans l'histoire des mouvements sociaux qui vont ponctuer et profondément modifier la société occidentale de la seconde moitié du vingtième siècle.
Ce petit bourg agricole à 60 km au sud de San Francisco voit débarquer en ce jour de fête nationale 4 à 5000 motards venus de tous les états de l'Ouest américain. Notons que c'est le premier week end de trois jours depuis la fin de la guerre.
La fédération ainsi que la ville organisent le « Gipsy Tour », une manifestation sportive au Bolado Racetrack. Celui-ci ne peut accueillir la grande majorité des motards. Ces derniers prennent possession de la main street, la San Benito Avenue. Les 6 policiers de la ville coupent l'artère à la circulation automobile. Rapidement, les motards vont y organiser des courses d'accélération et des cascades. Les 27 bars (la ville est le plus important marché à bestiaux du Nord de la Californie) que comptent le bourg sont pris d'assaut. Durant 40 heures, la ville est un Barnum mécanique. Les motards dorment sur les pelouses des particuliers. Ils entrent en moto dans les bars.
A 15 heures 55, le samedi 5 juillet 1947, le chef de la police d'Hollister, Fred Earle, appelle à la rescousse les Californian Highway Patrolmen (CHP). 40 hommes débarquent à Hollister à 18 heures.
Quelques tirs de lacrymogènes n'effraient pas les anciens combattants qui ont vu bien pire !
Le capitaine LT Ben Torrès, qui commande l'escouade, à l’idée de réquisitionner un orchestre devant se produire en ville et l’installe sur le plateau d'un camion.
Ce dernier et son drôle de chargement entre sur la main street à la tombée de la nuit. Immédiatement, il se forme derrière lui un long cortège dansant qui aiguillonné par les CHP fini par se disloquer.
A minuit, la San Benito Avenue, littéralement couverte d'un lit de verre brisé, est rendue à ses habitants.
La fiesta d'Hollister aura finalement durée moins de 40 heures. 50 personnes ont été arrêtées pour des délits mineurs tel qu’ivresse sur la voie publique et conduite dangereuse. 40 bikers sont à l'hôpital Hazel Hawkins pour des bobos : coupures, intoxications aux lacrymogènes et comas éthyliques.
BERT KIRK, conseiller municipal déclarera : « Il apparaît qu'il n'y a pas eu de dommages sérieux. Les motards se sont fait plus de mal à eux-mêmes qu'à la ville ! ».

Quant la machine médiatique se met en marche...

C.J Doughty et le photographe Barney Paterson couvraient le Gipsy Tour pour le compte du San Francisco Chronicle. C'était les deux seuls journalistes en ville pour ce qui va devenir les « Evénements d'Hollister ».
Tous deux, notamment en mettant en scène la célèbre photo du biker ivre sur sa Harley Davidson Knucklehead qui fera une pleine page dans le numéro de 21 juillet 1947 de Life Magazine, ont très vite compris qu'il tenait un scoop en y mettant une bonne louche de journalisme à sensation.
Ainsi, dès le 6 au matin, il publie un premier papier intitulé: « Ravage à Hollister ». Ils vendent de leur propre chef photos et articles à l'agence de presse : Associated Press. L'idée d'un gang de motards mettant à sac une petite ville est née et elle fait le tour des rédactions d'Est en Ouest !
Dès le 7, les journaux rivalisent avec des Unes à l'odeur de souffre. Le San Francisco Chronicle titre sur «un bain de sang et de bière à Hollister », Le San Francisco Examiner rétorque avec « La bataille d'Hollister » .
La sur-médiatisation des incidents d'Hollister nourrit d'autant plus les tabloïds qu'à Riverside, dans le sud de la Californie, d'autres échauffourées éclatent en 1948, toujours un 4 juillet.

« L’Equipée Sauvage » (« The Wild Ones » en anglais) sort aux USA en 1953.
Il est réalisé par Laslo Benedeck mais l’homme qui porte ce film est son producteur, Stanley Kramer. Il s’agit pour tous d’une série B. Le film a ainsi été tourné en 24 jours au studio de la Columbia sur pellicule noire et blanche.
Stanley Kramer met donc en image la psychose, largement entretenue par la presse depuis 1947, d’une horde motorisée envahissant la main street d’une paisible bourgade avant de la mettre à sac. Il engage Marlon Brando, déjà une énorme vedette depuis «Un Tramway Nommé Désir » et un jeune acteur en devenir, Lee Marvin, qui jouera le rôle du « bad guy ».
« Omni par les adultes et idolâtré par la jeunesse », telle pourrait être la maxime du film.
L’Equipé Sauvage sera ainsi interdit en Angleterre jusqu’en 1968 ! ! !
Suite au film, les ventes de blousons noirs vont exploser alors que les premiers bikers portaient des blousons d’aviateur. Les posters de Brando posant devant sa Triumph vont orner les chambres des adolescents du monde entier.
Signalons que Lee Marvin, qui joue le rôle de « Chino » a la dégaine, la moto (l’une des trop rares Harley Davidson, qui plus est bobberisé, du film ! ) et la gouaille d’un véritable biker qui « sévissait » sur la cote Ouest.
Mais la vraie star de ce film est incontestablement la horde furieuse de bobbers et de motos anglaises slalomant sur les routes de Californie. Cette image hante et hantera longtemps l’inconscient de tous motards.

«L’Equipée Sauvage» donne à tout jamais une résonance mondiale, certes très déformée, au mouvement biker initié en Californie et l’inscrit à tout jamais dans la contre-culture au même titre que le Rock n’Roll naissant et le mouvement littéraire de la Beat Generation.
Qu’aurait été Hollister sans « L'Equipée Sauvage » ?
Laurent Blasco

Arrivée des Californian Highway Patrolmen (CHP) sur la San Benito Avenue à Hollister. Notons qu’il n’y a pas de confrontation entre policiers et motards.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La San Benito Avenue à la nuit tombée.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Gil Armas du Boozefighters MC "stuntant" sur la San Benito Avenue.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le fameux cliché très contreversé paru dans le numéro du 21 juillet de Life Magazine en page 31. Il fera le tour du monde.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Course de Flat Track dans les années 40. Ces motos de la Class C ( bicylindre à soupapes latérales de marque Harley-Davidson ou Indian de 750 cc) vont inspirer par leur look dépouillé (absence de garde boue avant , petite selle , etc.) le mouvement bobber qui donnera naissance dans les années cinquante aux choppers. C'est aussi un lieu de rendez-vous le vendredi soir entre bikers.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un Bobber, c'est ça et rien que cela ! Le reste n'est que marketing...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Marlon Brando et Lee Marvin ne s’entendaient pas sur le plateau du film. Les cascadeurs ont été bluffés par le réalisme de cette scène de bagarre !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Marlon Brando pilotait dans l'Equipée Sauvage une Triumph Thunderbird 6T.Les plus fortunés des membres des premiers Motorcycle Club (MC) pilotaient effectivement des motos anglaises. La majorité des premiers bikers pilotaient des Harley Davidson side valves (à soupapes latérales).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

****************************************

Source (avec la première partie que je n'ai pas mis ici): [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Black Cat
Administrateur Fondateur
Administrateur Fondateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les groupes importants de motards sont plus ou moins bien vu...

Message par chouan le Lun 12 Aoû 2013, 20:02

super merci pour le partage Black.Wink 

Tout est dit en annonce " le jour où les médias ........." les médias exagèrent la réalité des choses pour vendre du papier et le public ne retient que ce qu'il veut bien retenir, et répéter en amplifiant les faits ......la preuve quand les gens de couleur ou de religion différents brulent des voitures, sa fait la Une des journaux télé pendant une semaine....quand les mêmes personnes se jettent à l'eau pour secourir une femme et ses enfants tombés avec leur voiture dans la rivière ....on en parle pas ou très peu et surtout pas de leur décerner la médaille du courage... pour les motards c'est pareil, on ne regarde que ceux qui font les c*ns ou se conduisent mal....faut dire aussi que l'on a tous fait un peu notre malheur....

michel
avatar
chouan
Honorable Fondateur
Honorable Fondateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum